Huit mois…

Par défaut

Huit mois déjà ! Mon dernier article remonte à il y a huit mois. Depuis que j’ai commencé les cours de piano, je n’ai rien écrit.

Pourtant, j’avance.

Pourtant, j’aurais des choses à raconter.

En fait, c’est un peu comme si j’avais surtout besoin de ce blog quand j’apprenais seule, pour acter les choses. Alors que maintenant, c’est mon « cahier de textes », enfin le cahier où ma prof note ce que je dois faire d’un cours à l’autre qui me permet de vois où j’en suis…

En huit mois, qu’a-t-on fait ?

On a fait connaissance, déjà. On a vu les deux morceaux que j’avais en cours : Waterfall et le menuet de Bach.

En parallèle, on a travaillé dans le cahier d’étude que j’ai (Ferté, volume 1A), en reprenant là où j’en étais, c’est à dire sur des études bien plus faciles que ce que je faisais au niveau des morceaux.

Pendant l’été, en même temps que je finalisais le menuet de Bach, on a commencer à voir un tube des débutants : la Novelette de Gurlitt.

Dans le courant du trimestre, j’ai commencé à travailler les gammes. do majeur, d’abord. La mineur maintenant. En ajoutant quelques difficultés régulièrement. D’abord en blanches sur une octaves, puis en noires sur 2 octaves. Puis en croches. Depuis le dernier cours, je dois ajouter une version en triolets sur 3 octaves… C’est marrant, parce que j’aime bien travailler les gammes. Le battement du métronome, l’aspect automatique de l’exercice a quelque chose d’apaisant, je trouve.

Après la Novelette, j’ai travaillé la 1ère gnossienne de Satie. Un peu difficile pour moi (enfin surtout par rapport aux subtilités à mettre en oeuvre dans l’interprétation, mais je suis bien contente d’avoir pu la travailler.

Maintenant, côté morceau, je suis sur le 1er mouvement de la sonatine en Sol de Beethoven. C’est un morceau très sympa ! On enchaînera ensuite avec l e2è mouvement. J’aime bien l’idée que j’aurais pu voir comme ça une oeuvre complète.

 

Après tout ce bla-bla, un peu de sons. J’ai enregistré en décembre les 3 derniers morceaux travaillés :

1/ Le menuet de Bach. Ma principale difficulté dans ce morceau vient des mordants, que j’ai du mal à articuler correctement. En plus, j’ai quelques « bugs », qui font que ponctuellement, je ralentis le tempo, le temps que mes doigts se rappellent ce qu’ils ont à faire…

 

2/ La novelette de Gurlitt. Ici, la principale difficulté pour moi était la 2è partie, plus technique. Et ça explique les accords de fin, quelque peu brutaux : j’étais contente d’arriver au bout sans erreur…

 

3/ La gnossienne de Satie. Principale difficulté dans ce morceau pour moi : les accords de 3 notes à la main gauche. Faire sonner les trois notes bien simultanément, et avec la même puissance… ce n’est pas encore acquis…

 

Voilà pour aujourd’hui. Je vais essayer de mettre moins de temps à écrire mon article prochain… d’autant que j’ai pas mal de choses à raconter concernant le violon, aussi !

 

 

Publicités

Un tournant (bis)

Par défaut

Finalement, la prof que j’avais rencontré a décroché un job permanent dans une école de musique, et donc n’avait plus de place pour une nouvelle élève… Je n’ai jamais eu cours avec elle.

Mais en discutant avec une amie, j’ai appris que sa fille prenait des cours de piano, avec une prof que j’avais déjà rencontré deux-trois fois, sans savoir qu’elle enseignait le piano.

J’ai donc pris contact avec elle, et finalement, j’ai eu mon premier cours samedi dernier !

C’était très chouette.

Elle m’avait demandé d’amener mes partitions (les partitions achetées, pas mes lutins remplis d’impression internet…). Elle a donc commencé par regarder ce que j’avais. Dans l’ensemble, elle a trouvé des choses intéressantes. Mais elle n’est visiblement pas fan de la méthode Aaron… D’un autre côté, je n’arrivais pas vraiment à avancer dedans parce que je n’appréciais pas plus que ça les morceaux, donc c’est pas bien grave…

Ensuite, je lui ai expliqué ce que j’étais en train de travailler. D’abord Waterfall, pour le prochain défi du forum d’humeur piano. Je lui ai joué, à mon tempo. C’était prévisible, mais j’étais assez stressée de jouer devant elle. Au bout de quelques mesures, elle me dit « ne tremble pas comme ça… » Forcément, j’ai tremblé encore plus, et je me suis trompée…

Mais à la fin, elle m’a félicité, en me disant que c’était vraiment pas mal, pour un morceau travaillé dans ce contexte (toute seule, sans prof). Après, je lui ai expliqué que je n’avais pas appris à me servir de la pédale (alors qu’elle est demandée sur le morceau). Elle m’a donc montré comment faire. Je n’arrivais pas vraiment à mettre en application sur le morceau (trop de choses à penser en même temps), et du coup, elle m’a fait m’exercer sur do-ré-mi-fa-sol-fa-mi-ré-do.

Là, elle m’a demandé si j’avais amené un carnet, comme elle me l’avait demandé à l’avance, pour y noter mon travail d’une fois sur l’autre. On a commencé par fixer le jours du prochain cours. Et donc elle a commencé à noter. Waterfall tiendra lieu d’ « étude pour la pédale ». Travailler sur des notes simples d’abord, puis sur le morceau, lentement.

Ensuite, on a regardé le menuet de Bach que je m’étais choisi. Je lui ai joué ce que je savais faire, à savoir la première partie mains ensemble, puis la seconde partie seulement à la main droite. Elle m’a changé quelques doigtés, m’a ajouté des indications de nuances et de phrasé (j’ai une édition Urtext, comportant quelques doigtés, mais aucune autre indication). Elle m’a fait jouer la main gauche de la 2è partie, pour voir comment je m’en sortais, sans doute. Et donc pour la prochaine fois, je dois revoir l’ensemble mains séparées, pour bien ancrer les doigtés, les nuances et le phrasé.

 

Prochain cours prévu le 14 juin (ça fait trois semaines, mais je n’étais pas disponible pour le samedi après 15 jours…). J’ai vraiment hâte d’y être !

Un tournant !

Par défaut

Aujourd’hui, deux articles pour le prix d’un ! Parce qu’il faut quand même que je vous annonce un tournant dans mon apprentissage du piano.

J’ai commencé à apprendre seule, avec peu de temps à consacrer à l’instrument. Une prof du conservatoire m’avait signalé qu’elle avait éventuellement un place pour une nouvelle élève, mais je n’avais pas trouvé ça raisonnable.

Je n’ai jamais cherché de prof particulier. mais lundi midi, je mangeais dans une brasserie, et à la table d’à côté de moi, je comprends dans la conversation que la fille est prof de piano, et qu’elle semble habiter dans le coin. du coup, après quelques hésitations, je me suis lancée. Je lui ai expliqué ma situation, que je ne souhaitais pas un cours toutes les semaines, mais qu’éventuellement, tous les 15 jours, ça pourrait être pas mal.

Elle m’a laissé ses coordonnées. Je l’ai rappelée hier soir, et le rendez-vous est pris : j’ai mon premier cours lundi prochain !

D’un côté, je suis un peu anxieuse (on ne se refait pas), mais de l’autre, j’ai vraiment hâte !…

Pianoforte

Par défaut

Alors… le billet du jour s’appelle « Pianoforte » et est mis dans la rubrique « Violon »… Logique !

En fait, dans mon école de musique, une des profs de piano a organisé une journée avec un pianoforte, loué pour l’occasion à un particulier. Ca s’est passé un samedi, le 22 mars, à la MJC.

Les élèves qui participaient avaient tous travaillé des morceaux à jouer sur l’instrument. En ce qui me concerne, c’est le 1er mouvement de la sonate du Printemps de Beethoven, qui était au programme, au violon, bien sûr !

Le déroulement de la journée était le suivant : le matin, répétition sur l’instrument, pour faire connaissance avec la bête.

L’après midi, entre 14h30 et 17h30, 6 élèves ont eu droit à un cours public sur l’instrument. Puis, entre 18h et 19h, concert. Je n’ai pas eu beaucoup l’occasion de toucher au pianoforte, mais même en tant qu’instrument accompagnateur, c’était assez perturbant. Déjà, il est accordé à 430 Hz, c’est quasiment 1/4 de ton en dessous de ce dont on a l’habitude. Et ça s’entend !

 

Je vous mets la vidéo de mon passage. C’est pas terrible terrible, il y a des erreurs, la fin est particulièrement ratée. Peut-être un soucis d’endurance, sans doute aussi le fait que ce concert arrivait un peu tôt dans mon apprentissage du morceau… Du coup, je suis contente, parce que je vais continuer à le travailler, pour le jouer avec un autre pianiste. Ca aurait été frustrant de le laisser en plan comme ça…

Voici donc l’enregistrement réalisé pendant le concert :

Ciné-Défi

Par défaut

La semaine dernière avait lieu la semaine du cinéma… on en avait profité, sur le forum d’Humeur Piano pour organiser un petit défi, sur le même principe que celui de noël.

Clap!

L’idée était donc de travailler un morceau issu d’un film (que ce soit une bande originale ou un morceau classique emblématique) et de le poster durant la semaine de la fête du cinéma.

Je n’ai pas eu à aller bien loin pour trouver le morceau que je voulais jouer. En fait, je l’avais entendu jouer par ma soeur lors de nos festivités de Noël, et je l’avais trouvé très chouette, bien qu’il m’ait paru bien trop difficile pour moi. J’en avais trouvé la partition, j’avais regardé un peu, et ça s’avérait effectivement difficile. Quand il a été question d’un défi « musiques de films », j’ai sauté sur l’occasion, c’est devenu mon défi personnel.

Je me suis donc mise à travailler ce morceau sérieusement, je ne voyais en général pas plus de deux mesures à la fois, mais je suis venue à bout, petit à petit, de tout ce qui me paraissait insurmontable au début… Après environ deux mois de travail, voici donc ce que ça donne, voici donc ma version du thème du film Le Parrain :

 

Bonne écoute !