Archives de Catégorie: Methode Aaron pour adultes

Chose promise, chose due !

Par défaut

Oui, hier, je disais que j’avais de quoi faire quelques enregistrements au piano. Les voilà donc !

 

La première vidéo comporte trois morceaux issus de la méthode de Aaron. Il s’agit de morceaux que j’ai vu au cours des derniers mois, mais que je n’avais pas pris le temps d’enregistrer.

Il y a dans l’ordre la Chanson de chasse, la danse anglaise ancienne, puis les trois souris aveugles.

Bien que ça fasse un petit moment que je les joues, mes doigts sont parfois raides, et ont tendance à se lever vers le ciel quand je suis en difficulté !

Je ne devrais pas négliger les exercices purement techniques, pour travailler la souplesse des doigts…

 

La deuxième vidéo présente la Mélodie en Fa, de Rubinstein, dans un arrangement facile pour piano de Bertrik. J’ai trouvé cette partition ainsi que plein d’autres sur le site quivapiano.e-monsite.com, alors que je cherchais des choses pour me remotiver.

Il y avait une difficulté nouvelle pour moi dans ce morceau : c’est la première fois que je navigue autant entre les touches noires et les touches blanches. De plus, même s’il n’y a pas de grands écarts, ou de sauts de mains à faire, les deux mains se promènent un peu sur le clavier, dans ce morceau. Mon interprétation est probablement un peu raide, encore, mais j’ai vraiment bien aimé le travailler, et j’aime comment il sonne.

 

Publicités

Je continue dans Aaron

Par défaut

Comme le titre l’indique, je continue dans Aaron.

D’abord, j’ai essayé d’améliorer le morceau de la dernière fois, « Tourne tourne ». J’ai travaillé la main droite seule, pour essayer de supprimer ces coupures dans le phrasé, qu’on entendait trop à mon goût. J’en ai profité pour corriger un défaut qu’on m’avait signalé au niveau de mon poignet droit, qui remontait trop.

Au niveau phrasé, j’ai commencé par jouer tout légato, sans nuance, pour m’enlever ces coupures de la main. Ensuite, pour retrouver l’aspect ternaire, j’ai accentué tous les premiers temps. Mais du coup, ça faisait trop, je trouvais. Donc dernière version : un accentuant le 1er temps une mesure sur deux. En écoutant, je trouve que je perds en régularité quand j’ajoute les accents.

Ensuite, j’ai ajouté la main gauche. Je pense qu’on entend la différence avec la 1ère version que j’ai enregistrée de ce morceau.

Voici donc ce que ça donne :

 

Deuxième enregistrement du jour : le morceau suivant dans la méthode, qui s’appelle « Douce musique ». Ce morceau est proposé en vue d’aborder les nuances. La première phrase doit être jouée piano, puis sa reprise et toute la fin doivent être jouées forte.

Ca doit faire environ 2 semaines que j’ai commencé à le regarder, en parallèle du morceau précédent, avec mon assiduité légendaire… Je vous laisse écouter le résultat :

 

Après avoir enregistré ces deux morceaux, j’ai regardé ce qui venait ensuite dans la méthode.  Un exercice de coordination des mains, en mouvement contraire. Je l’ai assez vite attrapé, et du coup, je me suis amusée à inventer quelques petites variantes. Je l’ai donc joué des façons suivantes :

  1. En nuance forte
  2. En nuance piano
  3. En staccato
  4. Avec une note piquée, deux liées
  5. Avec deux notes liées, une piquée

Pour cette cinquième et dernière version, j’ai eu plus de mal : j’ai dû m’y reprendre à trois fois pour faire la version que vous voyez dans la vidéo. Et encore, mes mains sont plus mobiles que dans les autres versions, donc moins stables, et j’en rate même la note d’arrivée du morceau… J’ai trouvé que c’était un exercice intéressant, et pas si facile que ça, finalement. Je le referai à l’occasion, sur cet exercice, ou d’autres.

Voilà le résultat :

 

Dernière vidéo pour aujourd’hui (oui, je vous gâte !), l’exercice suivant de la méthode. La difficulté technique qui y est abordée est l’introduction des croches. Pour le coup, ce n’était une difficulté pour moi. En deux-trois lectures, je l’avais dans les doigts. Dans ce morceau (que j’appellerai « Allegretto », puisqu’il n’a pas de titre et que c’est le mouvement qui est indiqué), on joue d’abord une mesure à la main gauche, puis une mesure à la main droite, puis deux mesures mains ensembles, en mouvement parallèle, et ainsi de suite sur les phrases suivantes. Ce mouvement parallèle a été pour moi le principal point technique de cette petite pièce. Le piqué des deux notes répétées en fin de première et troisième phrase n’est pas indiqué sur la partition, mais je le sentais mieux comme ça…

Et voici donc la vidéo :

 

Voilà, c’est fini pour aujourd’hui !

 

 

Retour vers le futur

Par défaut

La fin de l’année scolaire a été très occupée au niveau violon, et même jusqu’à ce week-end, puisque j’ai eu la chance de jouer avec un de mes orchestres dans les Landes, vendredi soir.

Du coup, j’ai un peu délaissé le piano. Même sans l’abandonner, je me contentais de pianoter, de rejouer de temps en temps Greensleeves, mais sans prendre vraiment la peine de travailler. D’autant que le fait d’être un peu bloquée par les difficultés de ma méthode ne m’a pas beaucoup motivé.

Alors j’ai acquis une nouvelle méthode : le Cours de piano pour adultes de Michael Aaron. Les morceaux y sont beaucoup plus progressifs. Les premier morceaux y sont plus simples, donc, mais je pense que ça me permettra de mieux assimiler les bases, et que c’est un bon investissement de temps pour la suite.

J’ai joué les premiers exercices (mains séparées) sans aucune difficulté. Je vous propose l’enregistrement du premier morceau à deux mains de la méthode. Il s’appelle « Tourne tourne ».

Je l’ai enregistré il y a déjà un petit moment (le 7 juillet), et je me rends compte que je joue assez « haché » : on entend une coupure à la fin de chaque mesure, toutes les trois noires à la main droite. Je le réenregistrerai en veillant à faire des phrases plus longues… Et comme le morceau suivant est quasiment prêt, je l’enregistrerai bientôt, et je vous proposerai les deux en même temps.

Voilà, place à l’enregistrement :